UN MOIS
JUSTE POUR TON FOIE

Le blog du Dry January

Partage tes expériences

31 jours sans alcool en janvier, ce n’était que le début. Avec toute l’énergie et la motivation gagnées ainsi qu’une nouvelle perspective sur l’alcool, c’est le moment maintenant de penser au reste de l’année.

Le freestyle de la rappeuse valaisanne KT Gorique sur le Dry January est disponible ici. Elle y a intégré ses propres ressentis ainsi que des éléments reçus de la part de ses fans et des participant.e.s au Dry January via les réseaux sociaux.

C’est dans un contexte de pandémie tout à fait inédit que démarre, vendredi 1er janvier 2021, le premier Dry January (janvier sans alcool) de Suisse. Si, en temps normal, le défi débute aux lendemains de fêtes bien arrosées, cette année il rime avec semi-confinement et baisse de la qualité de vie pour de nombreuses personnes. Si nous n’avons pas encore de données claires, il semble que le Dry January peut prendre un vrai sens quant à la réflexion sur les contextes de consommation d’alcool durant le semi-confinement.

Quel est le point commun entre… un médaillé olympique, un coach YouTube, un animateur radio, un professeur en médecine des addictions, un journaliste ou encore une patiente experte en addictologie ? Ils soutiennent le Dry January 2021. Découvrez ce qu’ils en disent dans leurs vidéos ci-dessous !

 

Après l’Angleterre et la France, le «Dry January» (janvier sans alcool) débarque en Suisse et plus particulièrement en Suisse romande où la campagne fait office de projet pilote, soutenue par l’OFSP. A partir du 1er janvier 2021 et pendant un mois, les professionnel-le-s et les institutions des addictions ainsi que les hôpitaux universitaires s’unissent pour promouvoir ce défi de promotion de la santé et invitent le public à réfléchir au rapport à l’alcool sur les plans individuel et collectif. La campagne sera animée sur internet et les réseaux sociaux dans un esprit positif, d’interaction et de partage.